Ce n’était qu’un rêve

Benjamin Charles > Blog > Sciences des mots > Poémologie > Ce n’était qu’un rêve

Je me tenais au bord
Je l’ai vu venir
Son parfum est apparu sournoisement
Jusqu’au creux de mon estomac
Lentement et sans hâte
Les battements de son coeur ralentissaient
Jusqu’à devenir faibles et inaudibles
Mes genoux affaiblis
Croulaient sous un poids invisible
Lentement et sans hâte
Je tombais dans un sol mollasson
Mes mains disparaissent
Incapables de se retenir
Faut de prise
Ma force me trompe
En m’abandonnant sans prévenir
Comme tout autour de moi
Un cri perce l’air ambiant
Je pleurais ma propre mort
Je regrettais ma propre vie
Je mourais seul en pleine conscience de moi même

Puis mes yeux s’ouvrent
J’ai chaud
Ce n’était qu’un rêve
En attendant la vraie mort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *