Bruines

Benjamin Charles > Blog > Texthésie > Bruines

Ils sont assis dans des conteneurs
Regarder des horreurs sur la répétition,

fustigeant héros
Et blâmer les faibles.

Ils prennent la lumière du jour en éclats
Et télécharger leurs craintes

Avec les doigts d’entraînement flash courbées
Et la colère bien dirigée

Et gronda comme ils l’éblouissement
Dans les lumières de transmission,

Dans de longues nuits sans fin,
Et à long courir combats,

Vols de fantaisie.

Comme les enfants, ils se sont cachés dans les haies
Et chuchoté avec des torches,

Tout conte de fée innocence
Et l’entraînement du naïf,

Ils montèrent les arbres jusqu’à ce qu’ils courbent,
trop lourds pour les nuages

sourires grognant,
Électrique et sauvage,

Ils étaient des ampoules lumineuses et bourdonnement,
La montée d’un soleil.

Maintenant, la lune les prend lentement
Jusqu’à ce que la bile commence à courir,

Jusqu’à ce qu’il coule,
bruines Ensuite,
Puis fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *