Quelles toilettes pour M(me) le/a député ?

J’aimerai aujourd’hui vous faire part d’une question fondamentale qui perturbe actuellement l’équivalent de voter demi cercle en Italie, l’assemblée nationale du palais de Montecitorio (sans « L » entre le « c » et le « i »).

Parmi les nombreux « travailleurs » de la moitié de rond du palais siège Vladimir Luxuria (sic !) né Vladimir Guadagno un député de 40 ans qui a la particularité physique d’être transsexuel dont vous noterez qu’il a changer son nom en même tan que son sexe. Et la question ? me direz vous. Je vous répondrai de bien vouloir la fermer quand j’écris parce que c’est très mal poli de couper l’écrit des gens et que je pourrais bien vous botter le clavier. Ca c’est dit, c’est valable pour tous, d’ailleurs comme on dit, un clavier azerty en vaut deux. Revenons à vos poupons. La question qui turlupine (remarquez dans que turlupine, y’a…) : le/la député Luxuria doit il utiliser les toilettes pour hommes ou pour femmes ? Ah, c’est beau ! Je vous entends déjà dire, « en s’en br… ». Remarquez, je vous ce que vous voulez avec les informations que je donne…

« Vous ne pouvez pas utiliser ces toilettes, ce sont les toilettes pour dames », a lancé Gardini à l’ancienne « drag queen », suscitant une polémique qui a forcé le président de la Chambre à intervenir. Fort de son agression, Luxuria réponds à la manière de mi-pute mi-soumise : « Cela fait des années que je vais dans les toilettes pour dames. Jamais je n’aurais pensé être attaqué sur un ton aussi violent. Mais ce serait très embarrassant pour moi d’utiliser les toilettes hommes, pour moi et aussi pour eux… »

Pour Elisabetta Gardini, qui a écrit une lettre de protestation aux administrateurs de la Chambre, et pour ses collègues du centre droit, Luxuria devrait disposer de toilettes à part. Je vois d’ici le panneau : toilettes hommes, toilettes femmes, le reste. J’ose à peine imaginer les logos utilisables. Luxuria a reçu le soutien du centre gauche, dont certains membres n’ont pas hésité à parler de racisme. La polémique a contraint le président de la Chambre, Fausto Bertinotti, à lancer un appel à la tolérance.

Mais Luxuria a l’habitude (sans « r ») avec les attaques de la droite. Lors de la campagne électorale, Alessandra Mussolini, la petite-fille du « Duce », lui avait lancé au cours d’un débat télévisé: « Mieux vaut être fasciste que pédé. ». De tout façon c’est bien connu, les coups et les aigreurs ça de ne discute pas.

Enfin bon moi je les comprends ces députés, quitte à respecter la parité autant mettre des femmes d’origine masculine, c’est plus rassurant !

Benjamin
Author posts

Add comment: