Vertiges maladifs

De cette maladie aux relents euphoriques
Renait dans cette peau sidérale et éclatante
Le poignet de verre dans ma blessure ouverte.
Ne t’enlise pas en moi corps étranger
Garde la distance distillée par la peur
Dans mon sommeil forcé
J’admire le vertige de la peur qui se meut en moi
Refusant tout contact avec mes membres livides.

Benjamin
Author posts

Add comment: