De nuit

Dans l’aube des pétales
De ce ruisseau d’avril
L’innocence de l’
Étant là, immobile
À côté du puis de lune
Les bois arrivistes
Hululent à la
Leurs vies fatalistes
La courbe de l’espoir
Entre la rive et les étoiles
Demande quelle longue haleine
Pourrait marier les dunes
Deux pierres froides répondront
Que le massif du soir
À l’aube de la mémoire
S’enfouit dans la forêt

Benjamin
Author posts

Add comment: