« Le Calembour Est Un Pet De L’esprit » (Pet-D -Pas Dale-)

Il y a quelques temps, je fut témoin d’une action que naguère je vous contai afin de faire évoluer votre chatoyante culture vibrante de non savoir vivre, vous qui comme ces « gens » exhibez vos flatulences publiquement, cette éjection gazeuse scientifiquement nommé R14 selon la classification CIM-10. Alors que les conclusions pleuvent après la conférence de Kyoto, je vous présente ici une des 5 grandes origines de l’effet de serre, les pets , qui contrairement à leur antithétie géographie, les rots. Sachez déjà que chaque être humaine comme vous et moi (surtout vous d’ailleurs) produit entre 0,5 et 1,5 L de gaz par jour avec une moyenne de 14 éjections anales (loin derrière les bovins … et les termites !). Historiquement, ces propulsions entériques ont toujours existées. Chez les Ro mains, l’Empereur Claude avait autorisé les renvois gastriques pendant le repas afin que chacun soient à l’aise. Au Moyen-Âge, la peur, probablement de l’odeur, poussa les seigneurs à construire de hauts murs qu’ils appelaient para pets . Plusieurs siècles après, un grand écrivain sur nom de Charles Perrault (grand-père de Vincent) consacra sa vie aux projections postérieures et supérieures avec des œuvres notables comme Le Chat Ro té ou encore Pet d’Âne. Puis de Pet rucciani à Pe mela Anderson en passant par Michel Ro card, les flatulences ont toujours été un sujet phare dans notre société Européenne ro cambolesque où désormais chaque classe sociale, chaque profession a son pet app ro prié : le pet-M pour les militaires, les pet-sticides pour les agricultures, les pet-leteuses pour les ouvriers, les pet-rsonnages pour les écrivains, les pet-stacles pour les artistes, les pet-nis pour les hommes, les pet-hunias pour les femmes et les pet-rnoels pour les petits enfants !

Share:
Benjamin
Author posts

Add comment: