Les étrangers défilent sur le boulevard Haussmann

Après avoir loupé la séance de cinéma -pléonasme puisque si je n’avais pas sournoisement manqué ma séance, ce qui est arrivé après (encore une fois) n’aurait pas pu m’arriver- au Paramount Opéra, je suis promené dans le coin. Arrivé devant le magnifique Opéra Garnier mes yeux sont grillés par une lumière blanche forte… Serais-je mort ? Pire, je suis devant les Galeries Lafayette. N’ayant rien à faire de mieux que de glander en écoutant Le Roi Soleil sur mon IPod, je décide de me lancer sur le beau boulevard Haussmann qui est tombé bien bas ! Alors que ma montre approchait les 18H, les nombreux visiteurs, eux, tentaient d’approcher des vitrines surexposées par des milliards de kilowatts de luminaires destinés à ouvrir les portefeuilles des centaines de kilovisiteurs journaliers. En plus d’investir notre belle avenue sémitement nommée, ces gens n’étaient même pas français ! Je vous assure qu’on trouve de tous :

Les grecs  : on dit que les seringues se ramassent à la pelle porte de la Chapelle et bien les hellènes -les pédés- se roulent des pelles à Ponèse (capitale de la contrée de Moustaki). On le reconnaît aux longues toges blanches qu’ils portent, parcequ’ils s’imaginent tous vierges. Finalement ce sont des grands enfants. D’ailleurs comme disant un humoriste grec célèbre, P.D., dans Pinochet, y’a hochet.
Les italiens : lassés d’avoir les pieds dans l’eau dans la cité de la décadence, les champions du monde du ballon rond bicolore et monochrome dits « bouffeurs de nouilles » viennent jusque dans nos bras pour violer nos filles et vos compagnes !
Les belges  : gourvernés par UneFois 1er , les belges sont totalement inutiles. Ils viennent en France pour la diversité culturelle, mais ne comprennent pas pourquoi on trouve encore les magasins Printemps alors qu’on est au mois de novembre ! Enfin attention il y a deux types de Belges, le Belge d’en bas dit Wallon (prononcez ‘oualon’) proche de l’Homme et le Belge d’en haut dit flamands (blanc) proche de la Hollande, donc des Pays-Bas, en haut.
Les allemands  : lassés de défiler avec des chars de Leclerc sur les Champs-Elysées, ils dévalent maintenant les mains pleines de sacs, pour se faire pardonner, le boulevard Haussmann devant les Galeries de Lafayette. Décidemment, Lafayette sera toujours le seul à savoir y faire avec les bosches. Notez aussi que tous les allemands ne sont pas nazis ! Maintenant y’a des juifs en Allemagne ! Toute façon je crois qu’ils n’ont pas le shoah.
Les suisses  : on les appellent comme ça parce qu’ils n’ont aucune position -alors que tous les autres sont mi-levrette mi-légionnaire mi-cause- qu’ils sont toujours à l’heure et toujours propres surs eux. Quand il vient à Paris, le Suisse en profite pour jeter des papiers par terre pour savoir comment ça fait. Son endroit préféré sur Haussmann ? Le siège de la Société Générale ! Notez aussi que les Suisses sont multiples, certains parlent allemands, d’autres français et d’autres feraient bien de la fermer. Les Suisses s’appellent aussi les Helvètes ou les Romanches pour certains. Bref, les Suisses, surtout les petits sont schizophrènes.
Les canadiens  : là encore ils font faire la différence. Il y a les francophones qu’on comprends avec Diphicultée et les anglophones qu’on ne comprends pas même avec Diphicultée (Diphicultée étant le nom d’une amie Taiwanaise). Le Canadien par définition est con. Les anglophones s’emmerdent à vivre dans la neige alors dans chez Katherina a Miami il fait un magnifique. Quant aux francophones, ils n’ont qu’à rentrer dans leur pays ! Les Canadiens ne brillent que par leurs deux seules invententions, le Canada-dry fine copie de Sprite de la Coca-Cola Company (qui depuis à tout racheté, on ne laisse pas une produit qui gagne !) et la sirop d’arabe.
Les anglais  : pour les reconnaître il suffit de les inviter à manger. L’anglais ne mange que ce qui est accompagné de menthe : le gigot à la menthe, le thé à la menthe, la menthe à la menthe et même la menthe religieuse, alors qu’en France on désaffecte les bâtiments remplie de mienthe. L’anglais est également facilement reconnaissable à son humour… so british !
Les espagnols : Darwin avait raison, l’espèce évolue. Cependant, les espagnols eux, continuent la chasse (gardée et surveillée) des taureaux gorgés d’une désobligeante poussière en public en lançant de vulgaires « au lait » comme si l’ont pouvait manger un taureau au lait !
Les israéliens  : encore en vacances en France, les israéliens sont appelés ainsi car ils sont juifs. On les reconnaît facilement à leurs signes distinctifs (les doigts crochus, le menton long, et la bite à col roulé). On n’est vraiment pas nés sous la même étoile ! L’israélien se promène sur Haussmann par fierté pour sa religion,et parce que de toute façon, il va pas aller à Châtelet pour déguster un plat au Pied de Cochon puisqu’il ne bouffe pas de cochon ! Aaaah non c’est interdit et pis c’est cher (le juif ne mange que quand c’est pacher). Vous allez me dire, qu’est qu’ils viennent faire en France à part pour rendre hommage à Haussmann ? Et bien Israël est un pays laid, chiant avec rien dedans et pleins d’arabes autour ! La seule chose à faire c’est d’aller chialer au pied d’un mur (même si les murs n’ont que des oreilles, pas de pieds) en lisant un bouquin dont j’ai oublié le nom et qui dit des trucs du genre : t’aura qu’à faire ci, t’aura qu’à faire ça…
Les chinois  : le chinois moyen est petit, il est rouge et il est beaucoup. En regardant de près, un chinois ressemble à s’y méprendre à un japonais, mais en rouge. Attention, tous ne sont pas rouges. Les rouges mangent les enfants, les nationalistes mangent des boites de converses, sauf quand y’en a plus, alors faut bien se nourrir… Voulez allez me dire (encore une fois, vous commencez à deviendre lourdingue là), bacomenkonléreconé ? On peut pas on dirait des japonais !
Les japonais  : ils sont appellés ainsi à cause de leurs boites à photos. Ils ressemblent à s’y méprendre à des chinois et c’est bien ça le malheur !
Les roumains  : les roumains sont tellement pauvres qu’ils viennent en France pour faire la manche mais vu qu’ils n’ont pas de veste, ils font uniquement la main (d’où leur nom). Les roumains viennent uniquement sur Haussmann pour détrousser les zétrangers (en concurrence avec les neuftroyens).
Les arméniens  : les arméniens sont appellés ainsi car ils sont riches. Enfin pas ceux qui habitent en Arménerie, seulement ceux qui chantent pour elle et qui se font un p’tit coup de pub avec. Parmi le cheptel on retrouve l’hurlante Hélène Segara, le désopilant Patrick Fiori, l’enervante Sylvie Vartan, le desespérant Charles Aznavour, l’inexistant Patrick Devedjian, le macchabée Edouard Balladur, le nullissime Alain Berberian, l’inconnu Pascal Legitimus, les rockistes de System of a Down etc. bref, tous ces gens qu’on croisent plus sur Montaigne. D’ailleurs c’est là qu’ils habitent !
Les turcs  : ils sont appelés ainsi car ils vendent des sandwichs grecs. Après être passés de la Turcquerie à l’Allemagne ils sont venus se réfugier en France pour nous vendre leurs infâmes sandwichs empoisonnés, qui ne sont même pas d’eux. C’est malin !
Les algériens  : eux ça comptent plus ils sont français maintenant !

Finalement, je me demande vraiment pourquoi je m’emmerde à partir en vacances !

Benjamin Charles

Photographe, réalisateur, consultant social media & content

Author posts

Add comment: